C’est la période de l’année, en particulier par temps chaud, où les jeunes martinets risquent de tomber du nid.

IMG_0539 Réd                        Photo : Bernard Genton

S’il vous plait, emmenez-les dans un centre de soin et assurez-vous que les conseils suivants des grands spécialistes des martinets comme Marcel Jacquard et Bernard Genton, sont appliqués:

L’hydratation des martinets recueillis est la première et importante chose à faire.

Pour la nourriture, évitez les recettes qui ne sont pas éprouvées.

 En dehors des grillons domestiques, les larves de teignes et les larves de ténébrion (ver de farine) peuvent servir. Mais évitez avec le ténébrion une diète systématique sur de nombreux jours suivis, car elle peut aussi causer des problèmes.

 Les pâtées pour chats, pour oiseaux insectivores, la viande fraîche : tout cela est inadapté et même malfaisant.

 Vaut-il la peine de consacrer de gros efforts de nourrissage, en temps et en argent, pour voir les plumages se dégrader en quelques jours (dégradation des plumes, défauts de mue) et les martinets en tomber au sol et mourir ?

 Le site de Dr Christiane Haupt, de Frankfurt am Main (www.mauersegler.com) avec traduction en français est très clair à ce sujet.

 La compensation du nourrissage naturel des jeunes martinets est chose difficile, mais seules les recettes éprouvées sont efficaces, même si dans le cas contraire on peut voir s’envoler l’oiseau mal nourri !

Marcel Jacquard et Bernard Genton ont produit le livre de référence sur les martinets: « Martinet Noir : entre ciel et pierre » Editions de la Girafe