Ils sont partis……

Cette année les martinets sont partis d’Amboise plus tôt que d’habitude. C’est une très bonne année pour les insectes et les bébés ont atteints leur poids de vol avec une bonne semaine d’avance. Il y avait beaucoup de jeunes martinets qui cherchaient un endroit pour faire leurs nids l’année prochaine. Alors, si vous avez vu des rondes sonores autour de chez vous, pensez à poser des nichoirs avant avril prochain! N’hésitez pas à prendre contact avec nous (sosmartinets@gmail.com) si vous avez besoin de conseils. Vous trouverez des adresses utiles et des plans de nichoirs sur ce site.

baby swift
un bébé prêt à partir

empty nest
des nichoirs sur l’Ile d’Or, qui ont connu un grand succès pour leur premiere année, vides depuis quelques jours.

Vous avez trouvé un Martinet – erreurs à ne pas commettre

Selon la loi française, si vous trouvez un martinet malade ou blessé, le premier réflexe doit être de l’amener dans un centre agréé pour recevoir les oiseaux. En Touraine, c’est l’association Sauve qui Plume qui soigne tous les oiseaux.

Mais on est parfois obligé de s’en occuper pendant quelques heures en attendant de pouvoir le transporter. Dans ces cas, voici quelques conseils qui nous sont donner parle site de la société allemande de sauvegarde des martinets allemand

Erreurs fatales
Lors des soins que vous prodiguez aux martinets, il peut vous arriver de commettre des erreurs aux conséquences funestes. Certaines d’entre elles ont la vie dure et sont communément répandues. Il est temps aujourd’hui de revenir à des pratiques adaptées, afin que les martinets tirent le meilleur profit des soins que vous leur donnez.

=> Ne jamais lancer en l’air un martinet!
Ce geste constitue la pire des erreurs. L’idée selon laquelle le martinet ne peut s’envoler une fois au sol est absolument fausse. Les martinets parviennent à décoller du sol! (cf. Youtube).
Un martinet en bonne santé doté d’un plumage intact ne reste au sol pas plus de quelques instants. Cependant, vous ne verrez jamais un tel martinet se poser au sol volontairement. En effet, cet oiseau est une véritable machine à voler qui passe la totalité de sa vie dans les airs et ne se pose qu’au moment de la couvaison. Si un martinet tombe au sol, c’est qu’il ne peut pas faire autrement. Il est peut être blessé, à bout de forces ou simplement trop jeune pour pouvoir voler. Si vous lancez en l’air un martinet atteint d’une fracture ou de toute autre blessure, il retombera inévitablement et endurera de terribles souffrances. Il arrive trop souvent que de jeunes sujets dont les plumes sont encore partiellement enfermées dans leur gaine soient jetés en l’air pour les inciter à voler.
Un martinet en bonne santé n’a pas besoin de nous pour s’envoler, nous ne le répéterons jamais assez!

=> Ne jamais nourrir un martinet avec autre chose que des insectes!
Quand on a trouvé un martinet en détresse, notre première réaction est généralement de lui donner à manger. Et c’est ainsi que des choses incroyables ont atterri parfois dans le gosier de ces malheureux oiseaux. Cela va des petits cailloux que des enfants donnèrent « pour s’amuser » à un jeune martinet – qui , bien sûr, en mourut-, aux modes de nourrissage conseillés par des « experts » et recommandés par des livres prétendument spécialisés : viande hachée, vers de farine, asticots, vers de terre, nourriture pour canaris, chats et chiens, pâtée d’élevage, flocons d’avoine, etc. Sans oublier les aliments que nous avons en réserve dans notre réfrigérateur ou dans nos placards (salami, viande, foie, mozzarelle, fraises, amandes, persil). Ces aliments portent gravement atteinte à la santé des martinets, qui finissent par en mourir. La solution est pourtant très simple. Il suffit de jeter un coup d’œil dans un livre de vrais spécialistes:
Le martinet est un oiseau uniquement insectivore!

=> Le martinet n’est pas un animal de compagnie!
Et ce, même s’il ne semble pas craindre le contact avec l’homme. En effet et contrairement aux autres espèces d’oiseaux, le martinet n’a pas la peur innée de l’homme. Il peut donc être tentant de le traiter comme l’animal de la maison ou comme un membre de la famille. Dans le pire des cas, l’attachement va si loin que la personne qui s’en occupe refuse de s’en séparer et de lui rendre la liberté. On ne saurait commettre un acte plus dommageable envers un oiseau migrateur. N’oubliez jamais que le martinet est un animal sauvage et que votre tâche est seulement de l’aider à retrouver la liberté.
« Votre » martinet n’est pas à vous, il n’appartient à personne, sinon à lui-même.

De plus, cet oiseau est un animal protégé et, en tant que tel, ne peut être détenu que dans le cadre de soins spécifiques (convalescence d’un animal blessé, élevage et émancipation d’un jeune).

=> « Votre » martinet est vif et s’agite = Attention, quelque chose ne va pas!
Les personnes qui s’occupent d’un martinet disent souvent que ce dernier est très vif et s’agite dans son carton. Ce comportement est en général considéré comme un bon signe, tandis qu’un oiseau calme retiré dans le coin de son carton suscitera de l’inquiétude. Pourtant, c’est tout le contraire ! Un oiseau repus et en forme reste tranquille, alors qu’un oiseau amaigri et mal en point tente, en brûlant ses dernières forces, d’attirer l’attention sur lui. Si votre oiseau adopte un tel comportement, contrôlez son embonpoint et pesez-le (cf. rubrique « nourriture »).

Exposition SOS Martinets à la Médiathèque d’Amboise

SOS Martinets présente une exposition autour du martinet à la médiathèque Aimé César au 12, rue du Clos des  Gardes (à coté du Collège André Malraux) du 15 mai au 2 juin.  Venez découvrir ces oiseaux merveilleux, qui nous font l’honneur de venir chez nous chaque printemps et apprenez ce que nous pouvons tous faire pour qu’ils continuent à venir pour longtemps.

médiathèque